Cartridgeworld

Pencil Printer : l’imprimante aux bouts de crayons

Vous rêvez de retourner aux bonnes vieilles mines de crayon de votre enfance ? Un designer coréen nommé Hoyoung Lee, dans sa quête de solutions alternatives et écologiques aux cartouches d’encre, a imaginé un appareil plutôt original : le Pencil Printer.

Le concept : la poudre de crayon remplace les cartouches

Cette imprimante est unique car elle utilise un crayon pour imprimer les données numérisées.

PENCIL PRINTER 1

Ecrire au crayon, gommer, recycler avec la Pencil Printer

En effet, l’appareil possède une fente pour introduire toutes vos vieilles mines. Plus besoin d’encre ! Alors que les imprimantes laser utilisent de la poudre de toner, Pencil Printer utilise une poudre obtenue à partir des mines de crayons de bois.

L’appareil ne serait pas complet sans la possibilité de gommer les textes imprimés. On n’a qu’à insérer les documents imprimés dans le Pencil Printer, côté « Eraser » et activer la fonction gommage. L’appareil se met alors à effacer les écrits pour aboutir à un papier presque neuf ! Une aubaine pour le recyclage au bureau : hormis les documents à conserver, la poubelle s’en trouve nettement moins pleine.

Le design : incurvé et moderne

PENCIL PRINTER 3

Un design en forme de vague

La petite Printer Pencil a belle allure : fine, de forme incurvée telle une vague, tout de gris clair vêtue, elle se fait toute discrète sur nos bureaux.

Le minimalisme est de rigueur, avec des fonctions réduites au minimum et des codes couleur simples.

D’un côté, on soulève le capot et une zone graphite apparaît : c’est la zone d’impression. De l’autre, le bac vert est dédié au gommeur-effaceur. Au milieu, le trou où enfoncer les crayons. Quoi de plus simple ?

Une mécanique sophistiquée

Comment fonctionne l’appareil, à l’intérieur ? D’abord, il faudra bien un peu d’électricité pour faire fonctionner les ingénieux mécanismes imaginés par Hoyoung Lee.

PENCIL PRINTER 2

Une mécanique bien rôdée pour la Pencil Printer

Après avoir été moulues, les mines de crayons sont brûlées, ce qui permet de séparer le bois et le graphite qui servira d’encre.

Côté effaceur, un réservoir de gommes nettoie la feuille de fond en comble. Mais que deviennent tous ces petits bouts collants que jadis nous repoussions d’un souffle ou d’un geste rapide de la main ? Grâce à la forme incurvée de l’imprimante, ils tombent tout naturellement dans un réservoir situé plus bas, et du coup ne gênent pas l’impression. Une bonne idée de plus.

Ainsi, on introduit le papier à effacer du coté vert, et en glissant tranquillement d’un bout à l’autre, on le voit recyclé et réimprimé à la suite.

La Pencil printer a-t-elle de l’avenir ?

Pour le moment le modèle n’en est qu’à l’état de concept. Pas de prix donc disponible pour ce modèle. A qui pourrait-elle convenir ? A des dessinateurs compulsifs collectionnant les mines de crayon ? A des bureaucrates tout dévoués à l’écologie ?

Le problème le plus important de ce modèle est d’imprimer des documents qui n’ont qu’une faible longévité. Impossible de présenter et conserver un contrat écrit à la mine de crayon… L’idée n’en reste pas moins originale et peu coûteuse à l’utilisation, pour peu qu’on organise une séance de collecte dans les greniers de son entourage…

Et pour finir une vidéo :

Tags : ,

1 Commentaire

  1. agnes Répondre

    Je trouve cette invention géniale, même si son utilisation ne peut pas être « universelle » : comme précisé, difficile d’imprimer un contrat (ou un bulletin de salaire par exemple) avec une encre effaçable, mais pour des documents qu’on n’envisage pas de conserver indéfiniment, utiliser cette imprimante me semble relever d’un geste infiniment écologique! D’autant plus que le recyclage des mines de crayon ainsi que des feuilles de papier se fait « sur place », pas de gaspillage, rien ne se perd rien ne se créée tout se transforme… Quoi de plus « développement durable »?
    Je crains cependant que son prix lorsqu’elle arrivera sur le marché soit un peu prohibitif pour les petits budgets, mais c’est souvent comme ça… Tant pis, j’attendrai qu’elle soit produite en masse pour que son prix soit plus abordable, je suis conquise par ce produit!
    Bravo à son inventeur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut