Cartridgeworld

L’imprimante sans consommable PrePeat : le bon choix économique ?

Une petite machine assez originale est née en 2010, grâce à la firme japonaise Sanwa Newtec. Elle est de couleur verte car écologique : elle ne consomme ni encre, ni toner, ni tambour. Elle n’utilise que du papier en plastique recyclable, réutilisable mille fois. Bref, c’est une sorte d’imprimante extrême en matière d’écologie… Tiendrez-vous le choc pendant cette aventure ?

Prêts pour le tout-écologique ?

D’abord une tête d’impression… chauffante. Puis du papier thermo-sensible, qui comme par magie s’efface et se réimprime en un clin d’oeil. 4 touches de commande : « en ligne », « effacer », « effacer puis imprimer », et « imprimer ». Pas trop compliqué ! La qualité d’impression, en noir et blanc seulement, est correcte (203 ppi sachant que la norme est de 360). Il reste à prévoir de stocker les mille feuilles réimprimables : 1000 feuilles à réimprimer 1000 fois… Etre économe, c’est aussi être prévoyant…

mechanisme

Investir pour le futur

Troquer sa pile de papier contre une seule feuille? Séduisant!

Troquer sa pile de papier contre une seule feuille ? Tentant !

Au prix de 500 000 yens, soit 3800 euros, la facture est loin d’être minimaliste, d’autant plus que le stock de mille feuilles coûtera environ 2800 euros. Mais si on fait son calcul, le coût à la page sera de 0,28 centimes d’euros, ce qui est très peu (moyenne 3 centimes d’euros pour une laser monochrome) . Il faudra évidemment être assidu : utiliser mille fois chacune des mille feuilles, si évidemment entre-temps la machine tient le coup. Le temps d’amortir la machine sera long… mais pendant ce temps, aucun achat de consommables, qui représentent on le sait un coût important en entreprise.

Economique, pour les grandes organisations

En considérant le stock de papier disponible et son million d’utilisations potentielles, la petite PrePeat s’adresserait plutôt aux grandes organisations… Encore faudrait-il qu’elles soient capables de s’en tenir à une discipline stricte vis à vis du papier

Comment utiliser la PrePeat en six leçons

Comment utiliser la PrePeat en six leçons

Car le fait d’imprimer en mode réutilisable oblige forcément les utilisateurs à modifier leurs comportements. On n’imprime plus pour jeter : on lit, on fait circuler si nécessaire, et le papier retourne dans la réserve. Bref, une sacrée organisation, et peut être un nouveau défi pour les managers. Les Japonais et autres peuples du Soleil Levant seraient-ils les seuls à pouvoir réaliser cette prouesse, soutenus par leur légendaire discipline ? Laissons un espoir aux Occidentaux…

Une machine un peu trop en avance sur son temps?

La solution "Eco-Plus" : une imprimante complémentaire

La solution « Eco-Plus » : une imprimante complémentaire

Il est possible que l’inventeur de la PrePeat soit un idéaliste. Récupérer systématiquement le papier, le conserver sagement sans céder au geste de le froisser et de le jeter nonchalamment vers la poubelle… Tout un art d’être au bureau serait en voie de disparition !  Mais les grands écologistes ont souvent été perçus comme des fous. Le recyclage dérange les consommateurs dans leurs habitudes, et pourtant les avantages sont nombreux.

On peut aussi reprocher à la petite PrePeat de ne pas être adaptée à l’usage d’une entreprise: passée la fonction d’impression monochrome, aucune possibilité de faxer ni de scanner… Ce qui la condamne à être une imprimante complémentaire, en plus d’une multifonction qui utilisera du papier traditionnel. La firme elle-même le recommande. Il reste donc quelques améliorations à effectuer, mais le concept est lancé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut